All for Joomla All for Webmasters

Cyberattaque : le lundi de toutes les peurs


Le virus qui a permis une cyberattaque d’ampleur mondiale vendredi 12 mai 2017 et qui a perturbé des milliers d’entreprises dans plus de 150 pays aurait été volé en avril dernier à la NSA, l’agence de renseignement américaine.

L’attaque informatique conduite vendredi 12 mai 2017 a fait 200.000 victimes dans au moins 150 pays. Le verdict, provisoire, a été émis dimanche 14 mai par Rob Wainwright, le directeur d’Europol, l’organisme européen de coopération policière. Provisoire parce que selon ce dernier, il faudra attendre lundi et la réouverture des entreprises pour dresser un bilan plus complet de cette attaque. « L’ampleur de l’attaque est sans précédent. Les derniers chiffres s’élèvent à 200.000 victimes dans au moins 150 pays (…) des entreprises pour beaucoup d’entre elles », a-t-il dit. « A l’heure actuelle, nous devons affronter une escalade de la menace. Les chiffres augmentent, je suis préoccupé devant le risque de les voir encore augmenter, lundi, lorsque les gens retourneront au travail. »

La cyberattaque a fait combien de victimes ?
C’est donc Europol qui livre un premier bilan de l’attaque d’une ampleur inédite qui frappe le monde depuis 3 jours : 200.000 victimes de 150 pays.

Quel est le coût de l’attaque ?
Les experts divergent sur le coût de l’attaque, qui a entraîné l’interruption de nombreuses sociétés et services gouvernementaux. L’institut américain Cyber Consequences Unit estimait les pertes à plusieurs centaines de millions de dollars, mais pas plus d’un milliard. La société californienne Cyence, spécialiste de la modélisation du risque, évaluait à quatre milliards de dollars le manque à gagner lié à l’attaque.

D’où vient le virus ?
Le président de Microsoft, Brad Smith, a paru confirmer dimanche 14 mai 2017 les conclusions des experts sur la cyberattaque mondiale qui estiment que le code d’exploitation du virus, détenu par la NSA, a été volé à l’agence en avril.

Comment se propage le virus ?
Le virus informatique se diffuse par le biais de documents attachés ou de liens renvoyant prétendument vers des sites connus, mais sont en fait des répliques. Ce virus baptisé « WannaCry » est connu aussi sous les noms de « WannaDecryptor », « WanaCrypt0r 2.0 » et « WCry? ». Il s’exécute par le biais d’un logiciel malveillant installé à l’insu de l’utilisateur. « La plupart des attaques arrivent par courriel, aussi y a-t-il de nombreux ‘champs de mine’ qui attendent dans les boîtes de réception des gens », estime Michael Gazeley, directeur d’une société hongkongaise de cybersécurité, Network Box.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous et restés informés.

[mc4wp_form id="887"]

RECHERCHER

ANCIENS ARTICLES

NOUVEAUTE

Aucun mot-clé

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE